Mère nourricière

Publié le par Mélilotus

En ce moment, mon petit garçon est particulièrement 'pot-de-colle'...
Et ça m'a rappelé que son grand frère lui aussi, au même âge, avait beaucoup de mal à s'occuper sans sa maman.
Il voulait me suivre de partout, y compris aux toilettes !
20071009__vignette_oison_gris__093390200_0851_10102007.jpg
Nous avons eu un oison il y a longtemps, même phénomène ! Au début, c'était marrant, touchant, et tout, jusqu'à ce que cela devienne agaçant, et enfin invivable !
Bon, mon bébé n'est pas un oison, il ne terminera donc pas de la même façon...

Bref, ce matin, aux toilettes et alors que je me débattais avec la poignée de porte pour qu'elle reste fermée, je me suis souvenue du jour où j'ai décidé d'arrêter d'allaiter mon premier petit garçon qui avait alors 2 ans et des bananes... même âge... tiens tiens ! Et moi qui mettais ce comportement sur le compte d'un allaitement prolongé, il semblerait que j'avais tout faux.

Car biensûr que je n'ai pas allaité mon dernier bébé avec le seul sein qui me restait. Je le précise, même si ça peut faire sourire, car certaines personnes à sa naissance me l'ont demandé.
Parce que la montée de lait devait vite être interrompue pour l'opération qui allait se faire 4 jours après la naissance, parce que les chimios allaient démarrer juste après,... et puis sans doute d'autres raisons. J'avoue ne m'en être pas informée du tout, pour la bonne raison que l'allaiter me paraissait la chose la plus incongrue qu'il soit dans ces conditions.
Beaucoup de gens m'ont crues triste de ne pas pouvoir allaiter. Faux. j'avais d'autres raisons d'être triste.

Le seul regret que j'ai eu, c'est de ne pas donner le meilleur à mon bébé, comme je l'avais fait pour les 2 autres avant.
Jusque là, j'étais une pro-allaitement à fond, Marie Thirion n'avait aucun secret pour moi !

Ma fille, je lui avais donné le sein jusqu'à ce qu'elle ne le veuille plus, ou qu'en tous cas, elle trouve plus interessant de regarder les reflets de ma montre au plafond que de téter. 8 mois.
Mon premier fils, waouh, alors là, pas de reflets au plafond ! Il adorait ! Il y passait sa vie ! Et j'avais décidé de lui donner jusqu'à ce qu'il en ait marre... Sauf qu'il n'en a jamais eu marre. Il me disait 'l'autre' quand il voulait changer de sein, 'a pus' quand plus rien ne sortait. Et puis un jour, la porte des toilettes tambourinante, j'ai dit STOOOOOOOOOOOOOP ! J'en peux plus !

Ha si, un autre regret, c'est que j'ai utilisé des biberons en plastique pendant 9 mois. Jusqu'à ce que je relise le livre 'Anticancer' et que je voie qu'ils étaient très déconseillés car contenant du Bisphénol-A. Beaucoup d'infos dans ce livre, je n'avais pas intégré celle-ci. Bref, j'ai tout jeté, mais avant, j'ai pris une photo pour publier une info dans le site Guérir...!
Depuis l'arrêt de la commercialisation de ces bibs au Canada, on en a beaucoup parlé.DSCF7289-copie-1.JPG

Donc bibs en verre, ouais je sais, ça casse, et même que ça fait des éclats de verre archi-pointus (pourtant il existe un verre sécurit, messieurs les fabricants !). Et biberons en plastique sans bpa.

Bon, voilà. Et vous me direz : 'Mais alors allaiter ne protège pas contre le cancer ?'
Je vous répondrai que le cancer met 10 ans à devenir visible. (Enfin, c'est ce qu'on dit.) Donc il était déjà là.
Ou bien je vous répondrai que j'en sais fichtre rien ! Et que j'aime pas les statistiques.

Je voulais juste dire, pour avoir connu les deux, que je n'ai pas trouvé que la relation maman-bébé ait été moins forte en donnant des biberons plutôt qu'en allaitant. Vraiment pas.

L'allaitement est un truc génial, si on trouve ça génial. Basta.
Mais surtout ne pas culpabiliser si on ne le fait pas.
Et quel bonheur pour les autres membres de la famille de donner le bib !
(Mon p'tit oison a 7 mois sur la photo)

Publié dans enfants

Commenter cet article

Isasuisse 17/01/2010


Intéressant ce rapport que ns avons à l'allaitement ... je me reconnais pas mal ds ce que tu as écrit, ayant été une maman allaitant convaincue, heureuse et prosélyte durant 4+8+16 mois ... eh oui
j'ai doublé à chaque bébé. Chez moi, petit détail, le sein gauche touché par le cancer a tjs été celui qui fonctionnait sans pb, le plus fiable d'une certaine manière, et puis au 3ème j'ai eu une
"belle" lymphangite à gauche... je me suis demandé a posteriori si ce n'était pas un signe que déjà qqch se préparait.
Je ne sais pas si je trouve la relation différente avec le biberon, j'ai eu des ratés avec l'allaitement de ma fille, le 1er de mes 3 enfants, et je vivais mal l'alternance sein-bib que j'ai vite
abandonnée pour revenir au tt-sein;-))
Expérience intéressante: j'ai eu ma fille et mon 1er fils en France, et là allaiter 8 mois a été perçu comme too much; je ne savais pas par exemple que j'aurais pu continuer un allaitement partiel
en travaillant(c'était avant que je lise M.Thirion, eh oui, on a vraiment les mêmes lectures;-); mon 2ème fils est né en Suisse alémanique où il est très habituel d'allaiter au moins 6 mois,
personne ne m'a jamais dit quoi que ce soit sur les 16 mois.
Bizarre que les médecins aient comme "confisqué" l'allaitement aux mamans en France et ds les pays latins; ici pas 1 seul bib visible ds les maternités, et junior a eu de l'eau avec un
mini-gobelet.

Que ça a dû être si affolant pour toi cette naissance et le démarrage comme en catastrophe des hostilités anti-cancer ... de la place pour la joie tt de même? l'urgence de survivre, j'imagine ...
bizarres ces sentiments qui ns traversent l'esprit... chez ns le plus jeune n'avait pas encore 4 ans, ça a été très dur pour lui, avec lui jusqu'à il y a peu.

Mignons tes kids!
Jwe relis en diagonale, c'est un peu incohérent, ça doit être le sujet, tjs un peu passionnel;-))
Bisous du soir
Isabelle


marie 17/01/2010


C'est beau cette façon que vous avez de vous souvenir de tout. Mais je pense que le principal, c'est que tout AILLE bien. Etre là pour ses "oisons", que c'est drôle, il vous suit partout, normal
....Quel bonheur pour vous vos enfants.

Et puis, je voulais vous dire, j'ai fini " D'autres vies que la mienne", j'ai beaucoup pleuré.
C'est l'histoire de deux mamans, très différentes, mais quel courage, brave Juliette, et son mari, que de beaux passages, mais la fin du livre, très émouvante ...
Mais ce fut la vie de Juliette,et elle a eu un destin tragique, bien qu'elle eut beaucoup de belles années de bonheur,ô combien.
Chacun d'entre nous a la sienne, et différente. Donc, c'est le livre de plusieurs destins qui s'entrecroisent, avec ses joies et ses tourments, mais Juliette,comment pouvons -nous ne pas nous
sentir proches d'elle? La seule question que je me pose au sujet du livre, c'est , comment ses enfants pourront le lire un jour ? Vaste question.Amicalement Marie

PS: Vos dessins, j'adore. Celle des cheveux, je compte les mois grâce à ce dessin, et l'évolution, car les attends ceux-là, ils se font attendre ...