Jamais eu de colère

Publié le par Mélilotus

(oui, je reste.)
Beaucoup de ceux qui sont atteints par le cancer disent leur colère.
Jamais eu de colère envers l'équipe médicale psychologie zéro pointé.
Jamais eu de colère contre les gens qui me disaient : "courage, garde le moral, ça compte pour guérir" (c'était plutôt gentil, qu'aurai-je dis moi ?)
Jamais eu de colère contre ce cancer qui était une partie de moi. (Vous vous mettez en colère contre votre mai si vous lâchez une tasse, vous ?) Tiens, j'ai utilisé le passé, chouette !


Je n'ai jamais été en colère non pas parce que c'est pas bien, cela voudrait dire que je suis capable de me maîtriser, ce qui est faux ! Non, juste jamais connu de colère.
En fait, j'avais une très grande tristesse pour ma famille, et aussi pour moi, je me trouvais bien jeune pour mourir...
Mon bébé qui n'aurait pas de souvenirs de sa maman, par exemple. (Je pensais que je ne passerai pas les fêtes de fin d'année.)
Beaucoup de tristesse, une immense vague qui m'engloutissait, je buvais la tasse... Comme lorsqu'on a presque plus pied à la mer, et qu'on est piètre nageuse comme moi.
Mon énergie était au plus bas, et il en faut pour se mettre en colère.

Je trouvais qu'il y avait injustice, biensûr.
Mais en même temps, dès la première consultation, mon oncologue m'a dit : "cigarette + pilule tôt, c'est un terrible cocktail pour le cancer". (sans me demander d'ailleurs si c'était mon cas, c'est dingue ça, même pas eu l'idée de vérifier !)
Alors comme j'avais effectivement pris tôt la pilule et beaucoup fumé, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi. Ce que je ne fis pas d'ailleurs. Parce que je ne me sentais pas fautive.
La culpabilité n'a jamais été mon grand défaut. je sais que j'ai beaucoup de chance.

Mais n'allez pas croire que je ne connais pas la colère, je ne la connais que trop. Mais pour d'autres évènements, moins graves.
Mon fiston m'a même dessiné quand je vois rouge !
Et ben c'est pas beau à voir, je vous'l'dis... (qu'est-ce-que j'ai l'air barraquée, la vache !)

Voici l'avis de DSS...
Mais non pas sur mes épaules, sur la colère !


Ho et puis si, quand j'y repense, je suis en colère contre ce radiologue qui refusa de me livrer le résultat de son examen du foie lors de la folle journée de bilan d'expansion, alors qu'il était impec' mon foie, ça oui. Un beau con celui-là, jamais revu, ouf. Car c'était d'une terrible cruauté de ne rien me dire, malgré mes questions, et de me laisser attendre le soir l'annonce du bilan global. Pire journée de ma vie, ça. Mais à ce moment-là, aucune colère. J'étais juste une minable flaque. brrr, n'y pensons plus !

Publié dans ma boîte à songes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

J'ai eu les résultats du bilan "radio des poumons/écho abdominale" tout de suite, en revanche, le jour de la scinti osseuse, je suis repartie sans mes résultats. Avec la petite phrase qui tue de la
manipulatrice radio : " Vous les aurez dans 8 jours, il faut qu'un médecin interprète les images". Et oui, il leur faut 8 jours pour cela! Et là, en sortant de l'hôpital, j'étais vraiment en
colère, et j'ai vraiment eu un gros coup de ras le bol, et j'ai eu ma première crise de larmes.


Répondre
M

Il y a vraiment des inégalités selon les services ou les moments (qui sait, périodes de vacances, etc...). J'ai aussi eu tous les exams du bilan le même jour, pas toi, là encore inégalité.
Bon alors finalement, je m'avais pas à me plaindre !
Bah que des mauvais souvenirs... On se sent tellement tout petit dans cette machine infernale.


I

Moi je suis en colère contre le cancer, contre l'injustice qui en résulte, toutes ces femmes qui en meurent, ça me met hors de moi.
En sophrologie, on apprend justement à canaliser ces émotions négatives.
Effectivement, du n'importe quoi un radiologue qui cache un bon compte-rendu.


Répondre
M

Y'a pas de 'justice' quand on parle de maladie, c'est sûr.
Aprè,s chacun vit sa maladie comme il peut, je suis aussi révoltée par les femmes qui en meurent, mais je vois aussi que y'en a plein qui s'en sortent, moi y compris, et c'est ma manière à moi de
m'apaiser.
Mais pas tous les jours facile d'être positive, c'est vrai
Merci d'être présente sur mon blog,
Méli


A

salut, merci de ta visite sur mon blog, je reviens vers toi car je me demande au regard de ton commentaire, si tu as lu mon récit jusqu'au bout (je l'ai encore complété la semaine dernière.)
Voilà,voilà, j'avais juste un doute... Si tu as bien tout lu et que tu en redemandes, je suis flattée... si tu attends la suite du préambule, tu la trouveras dans ma page d'accueil en bas à droite
sous la rubrique page (suite du récit)
A très bientôt.
Anouch


Répondre
M

En effet, tu écris dans le même article, alors je n'ai pas vu qu'il grossissais. Je guettais un nouvel article...
D'où le quiproquo !
Bises et au plasir donc de te lire
Méli