Overdose de poitrines

Publié le par Mélilotus

Ce mois d'octobre a été un déluge de poitrines nues, belles et en pleine santé, de top-modèles ou d'anonymes, pour nous dire d'aller nous faire dépister. Sur son blog, Catherine en a  fait le tour.
C'est sûr que pour le col de l'utérus, ce serait moins glamour !
L'idée avait démarré il y a 2 ans, avec une pub sur Marie-Claire : Je m'étais d'ailleurs amusée à la bidouiller sur mon blog : Ah les magazines féminins...
Je trouvais cette campagne pertinente, sympa, et pour le coup, novatrice, même si je déteste les magazines féminins et leur diktat de ce qui est in ou out, le pompon (bien que je ne sois pas une spécialiste) allant à Elle.
Mais là, franchement, tout ce qu'on a vu ce mois d'octobre, vraiment, ras-le-bol !

Pourquoi ? Et bien parce que ça me renvois EVIDEMMENT au fait que je suis une amazone, état de fait que j'arrive à peu près bien à gérer, mais sauf quand je vois des seins partout, mince !
Et ne me dites pas de me faire reconstruire, car je mords !

Car dès qu'on parle d'ablation du sein, hop, on parle de reconstruction. Ca va ensemble.
Quand la chirurgienne m'en a parlé, c'était le jour de l'annonce de mon cancer, alors je ne lui en veux pas. D'abord parce que c'est son job, et ensuite parce qu'elle voulait montrer qu'il y aurait un 'après'.
Mais quand j'en entends parler en permanence sur les sites sur le cancer, les blogs, plein de témoignages disant que c'est formidable, je ne le regrette pas, etc... Pour moi, c'est comme une dictature ! Même sur le site des Impatientes, vlan, plein la poire, c'est un comble !
La majorité (oui, car seulement 15% des nanas se font reconstruire ! 15%) est ... silencieuse. On en arriverait presque à se sentir anormale parce quon voudrait pas se faire reconstruire. Ben oui, pour répondre à nouveau au diktat de la norme, de la mode.
La mastectomie est un vrai tabou, bien plus que le cancer lui-même.
Parmi les gens qui ont su que j'avais un cancer, personne ne m'a jamais demandé si j'avais perdu mon sein, comment je le vivais, etc... Alors qu'on me questionnais sur les chimios, les cheveux, les rayons, etc... Niet sur mon 'trou'. Tabou total.

Je vous conseille de lire un article qui ENFIN met en lumière le malaise de la société face au sein manquant. Un article passionnant et qui m'a fait un bien fou. VRAIMENT ! Je n'avais encore rien lu de tel sur le sujet, j'ai bu toutes les paroles de ce sénologue, il a écrit tout ce que je ressens et que je ne sais dire.


Voici une superbe photo 'The Warrior' la bien nommée, il s'agit de l'écrivain Deena Metzger en 1978. Elle est maintenant une vieille personne toujours survivante en 2009. Cette photo me touche encore plus peut-être que Matuschka, car elle montre une personne victorieuse et profondément vivante.
Photograph © Hella Hamid.

Publié dans mastectomie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

caroline 05/05/2010 18:54


Bonjour Melilotus,
J'ai découvert ton blog il y a quelques jours par les chemins tortueux du net.
Il est peut-être un peu tard pour commenter un article du mois de novembre 2009, mais tant pis : il exprime tout ce que je ressens et que je ne parviens pas toujours à dire !
Le tabou sur la mastectomie, la reconstruction chirurgicale présentée comme une obligation, comme s'il était monstrueux de rester avec un seul sein (je repense à la réaction de ton kiné sur un
article plus ancien) ... tout ça a été très violent au moment de mon opération pour mastectomie ...
J'avais trouvé un peu de réconfort avec une association de femmes qui essaient de "changer le regard" (c'est la première phrase de leur site internet) sur les "amazones" grâce à des artistes
photographes, peintres, sculpteurs : vraiment dans le même esprit que ton blog ... humour tonique (j'espère que le qualificatif te convient !).
Je mets le lien vers leur site : http://www.lesamazones.fr/ Peut-être les connais-tu déjà ?
Merci aussi pour l'article du sénologue Dominique Gros, et pour les photos de Deena Metzger et de Matuschka : je crois que je vais les imprimer et les faire voir à mon chirurgien et à l'équipe
infirmière lors de ma prochaine chimio !
J'espère que mon commentaire n'est pas trop long ... c'est la première fois que je commente un blog ...
Merci pour tout : les commentaires de films et de livres, les coups de gueule, les dessins ... tout !


Mélilotus 05/05/2010 19:56



Oui, je connais les amazones.


Un grand merci pour ton commentaire qui me fait chaud au coeur. Nous sommes nombreuses, cette majorité silencieuse, à subir le diktat de la reconstruction, pfff...


Je te souhaite plein d'énergie pour les traitements, et au plaisir de se retrouver


Méli


 



Muriel 09/11/2009 09:52


Magnifique article que tu nous livres là. Pas de jugement, pas d'apologie, une écoute vraie qui ouvre à une nouvelle compréhension. Finalement, c'est votre choix pleinement assumé {reconstruction
ou pas reconstruction} qui vous rend si présentes au monde, si féminines et si belles.
Chapeau bas à vous toutes.
Muriel


sand 08/11/2009 03:46


Elle est magnifique cette photo !
Il est bien cet article, bien ecrit et clair.
Je comprend bien.
Il m'ouvre de nouvelles perspectives.
Merci a vous.


Cathie 07/11/2009 00:54


Il est effectivement possible d'apprivoiser un corps asymétrique et de s'y sentir bien. Ca m'a demandé quelques années, et je me croyais isolée et un peu tordue, quelle libération quand j'ai appris
que j'assumais silencieusement un choix déjà fait par au moins 200 000 autres (en France). A chaque fois qu'une amazone se dévoile, le tabou s'ébranle... J'ai eu le bonheur d'écouter ce M. Gros
lors d'un colloque ;) Merci Melilotus!


Anne 06/11/2009 22:36


Je viens de lire l'article et chapeau bas à ce Monsieur! Profond respect et admiration.Que dire de plus ? J'ignorais que seules 15% des femmes choisissaient la reconstruction, mais pour autant cela
ne me choque pas du tout. Je fais partie de celles pour qui c'est une évidence de se reconstruire, et j'admire sincèrement votre force, à vous, les 75 autres %. Cet article m'a émue, touchée,
vraiment...Mais j'avoue que pour ma part, c'est la perspective de la reconstruction qui m'a fait, et me fait encore accepter mon statut d'amazone. Cependant je m'interroge : reconstruire pour
soi-même ou par rapport aux autres ?
Je ne pensais pas lire un jour un tel article, et encore moins que son auteur soit un homme. Cela fait un tel bien.
Alors merci à cet homme là, et merci à toi Mélilotus de nous le faire connaitre.