vétérane

Publié le par Mélilotus

 

C'est ce que je ressens ces derniers temps.

Vétérane

 

Avec tout ce que ça comporte : mon côté bon petit soldat, ma connaissance dans le domaine du cancer du sein, la sensation d'appartenir à une famille qui a vécu des combats similaires, ma difficulté à me réacclimater à la vie, le côté post traumatic stress disorder même si ce n'était pas le vietnam, mais aussi, et ça, c'est à savourer, l'idée que cela fait partie du passé. Crossed fingers.

 

Jusqu'à l'anagramme de vétérane : entravée.

 

J'ai d'autant plus ressenti appartenir à ce camp lorsque je me suis retrouvée dans un colloque sur le cancer du sein ce mois-ci.

D'ailleurs, il n'y avait presque que des vétéranes dans le public. Colloque pourtant ouvert à tous.

Mais franchement, qui d'autres à part des professionnels ? 

Peu de monde, et parmi les cancéreuses, que des anciennes.

 

Qu'est-ce-que je fichais là, moi ? Et bien j'avais repéré dans les intervenants, mon ancienne oncologue, ma nouvelle, mon radiothérapeute, et j'étais curieuse de les entendre. Comment s'adressaient-ils à un auditoire 'neutre' ? Comment parlaient-ils de leur métier, quel regard avaient-ils sur leurs pratiques, ...

 

De ma nouvelle oncologue, j'ai retenue une phrase. Quelqu'un lui demandait s'ils étaient formés à l'annonce du cancer. Elle a répondu : "oh vous savez, la formation de médecin, c'est en tout en pour tout 12 heures de psychologie médicale dont 2 sur le deuil, alors vous voyez ! Après c'est le terrain."

 

Oui, on voit.

Fotolia_7504300_XS.jpg

Bon, je n'étais pas venue que pour écouter mes soignants biensûr, et tout m'intéressait à priori, tant dans le contenu que dans la  manière dont ce serait abordé.

 

Et c'est là que je reviens à cette notion de vétérane d'une époque révolue.

 

C'est sûr que les traitements ont peu évolués.

Par contre, la prise en charge de la maladie semble vraiment s'être améliorée.

 

A commencer par la généralisation des infirmières d'annonce, celles (ou ceux) qui vous 'récupèrent'  à  la sortie de La consultation.

La coordination du parcours de soins également.

Le PPS (programme personnalisé de soin) remis au patient, un calendrier des traitements qui vont suivre, des coordonnées de professionnels type assistantes sociales, psys, la Ligue,...

J'ai découvert ce qu'était le DPPR mais aussi l'arrêt de l'archivage numérique des images radiologiques. Quand j'avance, tu recules...

Et les infirmières du service d'oncologie de l'hôpital de R... qui ont suivi une formation à l'hypnose ! Dingue !

 

Le plan-cancer 2 est passé par là.

Je sais, ce n'est pas tout rose encore de partout. Mais enfin, ça en prend le chemin...

 

Mais ce que j'ai vraiment vraiment adoré ce jour-là, c'est l'intervention d'une jeune socio-esthéticienne fraîchement sortie du CODES. Même si elle a peu parlé, car pas très à l'aise, elle a tellement détonné après tous ces spécialistes, radiologues, oncologues, chercheurs, directeurs de GIP, responsables d'HAD,...

 

De l'humain !


Quel merveilleux métier. Je ne savais pas. Je pensais bêtement que les soins esthétiques prodigués en milieu médical, étaient fait par des esthéticiennes zélées. Certainement pas qu'elles avaient suivies une formation couronnée par un diplôme d'état. (pas toutes sans doute...)

 

Une belle découverte pour moi. Tout-à-coup, tous mes préjugés sur le métier d'esthéticienne, pfff.

Qu'une si jeune personne ait eu envie de faire ce métier m'a mis du baume au coeur !

Je n'ai pas bénéficié de ce type de service pendant ma période de traitements, ça n'existait pas, et ça m'a clairement manqué. A la fois se faire coocooner, reprendre confiance dans son image franchement délabrée, rencontrer d'autres patientes,...

 

Je sais, tout n'est pas si merveilleux que ça, sans doute sont-elles overbookées, y accéder relève peut-être du parcours du combattant...

 

Mais laissez-moi rêver !

 

 

 

 

Publié dans les médecins et moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isasuisse 02/11/2010 18:10



Oh oui, le rêve (enfin façon de parler), l'annonce faite par une infirmière formée à cela!


perso, souvenir très catastrophique. 1ère annonce, pas eu besoin de mot, au vu de la tête du gynéco à l'échographie, il s'arrête de parler et se décompose ... c'était vraiment pas beau;-(((


La 2ème, l'horreur, après l'opération, visite du même gynéco qui m'a aidée à faire naître mon petit dernier (et qui comme moi doit préférer les naissances aux annonces de cancer): mari pas encore
arrivé, seule donc et alitée; lui super maladroit, voulant sans doute que j'accepte sans hésiter la chimio, a noirci le tableau (ou dit simplement la vérité;-( et moi, qui avais seulemet envie de
le passer par la fenêtre... pas d'état dâme pour la chimio, si j'avais pu être branchée tt de suite, je l'aurais fait!!!!


Après, arrivée du zom, répétition du sombre discours par Alfred (mon médecin), moi en larmes et en colère. J'ai exigé ensuite de voir qq, tt de suite, ça s'est trouvé être le médecin qui
avait assisté le gynéco-chirurgien pendant l'opétration. Elle n'osait pas contredire son patron, mais a été douce et a insisté sur le positif: les marges saines.


Bon si on me lance sur le sujet, je reste, 6 ans après, intarissable;-)


 


Bises à toi Méli et à toutes



yelena 02/11/2010 17:54



Pour ma part, l'annonce fut catastrophique de maladresse et du peu d'empathie, mauvais, très mauvais souvenir. Never again...


Le traitement s'est mieux passé, car la prise en charge très humaine. La proposition d'une esthéticienne je l'aie eu lors de ma radiothérapie. il faut dire que là j'y suis arrivée en pleurs,
après les chimios, Puis tout s'est très bien passé.


L'après cancer manque. Aucune prise en charge. Pas de cure, rien. Cela ne m'étonne pas quand tu dis très peu de gens dans la salle. il n'y a que NOUS que cela intéresse, l'entourage aussi. C'est
curieux cela en fait. Les gens vont leur chemin, je pense que personne n'y pense. Nous non plus n'y pensions pas.


Courageuse vétérane !!! Et oui, je ne m'en sentais pas capable de le vivre, never.


Mais la vie en a décidé autrement. BZZZ Méli Y



IsabelleDeLyon 29/10/2010 21:35



Hé bien pas du tout, quand j'allais faire mes perfusions à l'hôpital, pendant trois ans tout de même, une esthéticienne était là. Les infirmières proposaient ses services avant tout à celles qui
étaient angoissées, mal, qui avaient des heures à passer là mais il suffisait de demander en arrivant si on pourrait avoir un petit moment avec elle. Elle aidait aussi les femmes à se réaproprier
leur corps.


Je trouve aussi que c'est une belle leçon d'humanité, c'est bien plus que de l'esthétique, c'est apporter un peu de bien être au mileu de toute cette souffrance. Un bien beau métier