Que retenir ?

Publié le par Mélilotus


Non, ma nouvelle oncologue ne m'a pas mis dans la poche.


moi : - pouvez-vous me dire si ma courbe de survie maintenant est plus optimiste que celle qu'on m'a donné il y a 2 ans ?
elle : - oui, mais on parle de cap plutôt à 2 ans et demi, et vous, vous n'y êtes pas encore...


moi : -  Est-ce-qu'on va m'enlever mon cathéter ? (je me serai bien débarassée de cet intrus, moi)
elle : - on le garde, on ne sait jamais si on en avait besoin à nouveau. Et on a déjà vu des cathéters fonctionner même après 10 ans, alors qu'on croyait qu'il se serait bouché.


elle : - Y a-t-il d'autres cas de cancers du sein dans votre famille ?
moi : - non.
elle : - si ça arrivait, pensez à nous le dire. Parce qu'il faudrait alors faire des tests génétiques.
moi : - pour ma fille ?
elle : - non, pour vous. Et selon, penser à enlever les ovaires et l'autre sein, pour prendre le moins de risque possible.


Très professionnelle, n'est-ce-pas ?
Pas de place pour l'approximation.

Inutile de préciser qu'elle ne m'a pas demandé si j'allais bien, si j'étais fatiguée, ou d'autres questions dans le genre, trop subjectives, non chiffrables.

Biensûr, le rendez-vous n'a pas duré 1 heure, c'est presque le temps que j'ai attendu par contre.

L'examen clinique n'a rien révélé sur mes douleurs, qu'elle considère comme banales ("la majorité des femmes se plaignent de douleurs aux seins").

Mais alors, je me pose LA question : devrais-je attendre d'un oncologue d'être sympathique ?

 
sympathique : 16 synonymes.
 accueillant, agréable, aimable, amical, attirant, avenant, bienveillant, chaleureux, charmant, cordial, engageant, gentil, gracieux, plaisant, sympa, hospitalier.


Rigolo, le dernier synomyme, hein ?
Promis, je m'y reprendrai plus à quémander.

Extrait du 'Livre de Pierre', encore lui :

"Peut-être faut-il avoir soi-même traversé de ces crises inévitables et tyranniques, dont rien ne peut vous distraire que l’exploration de la crise elle-même, pour comprendre la réalité psychique du malade cancéreux..."


De toute façon, je ne revois que dans 18 mois cette professionnelle de santé. Le 'cap' sera dépassé.

En attendant, je vais aller faire les tests numéro 22 et 27 du bouquin terrrrrible que voDSCF0339us allez toutes (tous ?) me jalouser ! "Testez votre personnalité"...







Ce n'est pas un montage,
ce livre existe !
















Publié dans les médecins et moi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

La mienne (d'onco) s'appelle Alice, blonde, jeune, yeux bleus et encore un peu on pourrait se croire de l'autre côté du miroir.!!Non sans rire, elle est sympathique, à l'écoute et attentive à mes
demandes et mes angoisses. Quant à la phrase :"comment allez_vous?", j'ai carrément dit à ma psy que je ne voulais plus l'entendre. Réponse : c'est pour éviter une réponse fermée. Ok mais
débrouillez-vous pour commencer l'entretien différemment! Je ne l'ai plus jamais entendu me le dire!! Il faut parfois "rentrer dedans" et dire ce que l'on ressent à ces blouses blanches..Non mais
!
Un petit bijou de lecture : Le coeur cousu
Rien à voir avec le reste.
A tchao !


Répondre
A

Pas sympa l'onco!!! J'ai de la chance, le mien est très bien et sa collègue que j'ai vu assez souvent est encore mieux je trouve.
Amicalement


Répondre
I

Apparemment, elle a décidé de ne surtout pas recevoir ses patients d'être humain à être humain mais de médecin plein de science à un patient.
Pas très sympa comme rdv.


Répondre
I

Melilotus,

...dommage mais faut garder espoir que la relation évolue !

Aujourd'hui, mon oncologue qui est une femme, a totalement changé de relation lorsque environ 9 mois après le début de ma chimio (j'en ai pour 18 mois) je n'ai pu m'empêcher de fondre en larmes dès
son premier "comment ça va?" automatique. Là, je suis restée 1H30 dans son bureau et depuis, ...on "parle"

Même si elle est stressée, pressée, même si elle se retranche derrière une forteresse de froideur pour ne pas être émue sans aucun doute, on a un lien, elle est avec moi et moi j'essaie de bosser
avec elle...

C'est pas rigolo du tout cette ligne des 2,5 ans, je n'étais pas au courant....moi j'en suis loin puisque j'arrêterais la chimio seulement le 31 Mai !

A très vite


Répondre
M

Bah, t'inquiète pas, le 'cap' des 2 ans et demi, c'est la première fois que je l'entends. Avant, c'était plutôt deux ans, ou 5 ans, ou 10 ans. bref, des 'ans'...
Tant mieux qu'il existe des oncologues avec lesquels on peut parler. Moi, jusqu'à récemment, je pleurais à chaque consultation, je pouvais pas m'en empêcher, une vraie fontaine, et cela n'avait
rien à voir avec ce qu'elle me disait. J'étais juste très mal d'être dans ce service. Moi, mes larmes avaient tendance à la fermer comme une huître. Bref, chacun réagit différemment.
18 mois de chimio, faut encaisser. Je te souhaite toute l'énergie pour surmonter ce cap, et oui, nous allons de cap en cap, mais ça va le faire !!!!! Un peu de chocolat noir, n'oublie pas ;o)


Y

Bonjour Melilotus,
Et bien je dirais, je préfère les hommes médecins... Oui, ils pourraient être sympas !!!!
Au début, il était timide, très jeune, mais maintenant, il est souriant, il a gagné ma confiance. Oui, c'est important, un peu de chaleur.
Et quoi encore , enlever tout ça ??? J'ai un cancer her2 positif, alors, il faudrait aussi, non , hors de question, les Américaines le font. Toujours excessif.
La douleur dans le sein, je dirais que le mien je l'ai découvert comme ça, mon doc m'a dit, vous avez eu de la chance, un cancer ne fait jamais mal. Et ben , c'est pas le cancer, ce sont les tissus
à côté qui sont enflammés, mais j'avais une boule aussi. Depuis, j'ai souvent mal dans l'autre, mais c'est parce que nous sommes déséquilibrées ( un kiné me l'a dit), donc ce sont les muscles, les
tensions, la trouille et j'en passe. Le livre de Pierre, c'est mon prochain. Bonne journée. Et ne pensez plus aux échelles. ça ne sert à rien. Amicalement , Yelena


Répondre
M

Merci pour ton gentil mot. Moi aussi, on m'a dit quand j'ai senti une boule douloureuse : ne vous inquiétez pas, le cancer, ça fait pas mal. Je ne m'en suis toujours pas remise ! Si, ça peut faire mal. Je dirais même que c'est ça qui m'a sauvé.